Pour votre confort et faciliter votre navigation sur le site, les articles sont entièrement retranscris en bas de page, ainsi que les liens qui y sont associés.






Plantes aromatiques médiévales : le salut par le net

A sa création en 1992, Laurent Bourgeois a baptisé sa société au doux nom d’Arom’antique. Agriculteur en entreprise individuelle à Parnans, dans la Drôme, il s’est spécialisé dans la culture de plantes aromatiques fraîches toute l’année.

Dans son exploitation de 7 hectares, il cherche à sortir des schémas traditionnels de production en proposant des espèces de plantes moins connues du grand public.

Passionné de plantes médiévales, il s’est appuyé sur les travaux d’un chercheur en histoire médiévale de l’Inra, pour mettre en culture une collection de plantes aromatiques utilisée à l’époque médiévale : Hysoperue, cataire

Il crée en 1995 un site de vente sur la toile. Fort de ses premiers succès en vente direct à la ferme, sur les foires et les salons.
marrube
« Le site présente une gamme de 400 plantes. Les internautes peuvent commander par simple mail et régler ensuite par chèque. Le site n’étant pour l’instant pas sécurisé » Le règlement peut aujourd’hui s’effectuer par carte sur  interface sécurisée.La vente direct sur internet représente 25% du Chiffre d’affaires d’Arom’antique, estimé à, 60 000€ par an. La vente sur internet connaît une progression de 3 à 4% par an.

Elle permet à l’exploitation de se faire connaître auprès d’une clientèle ciblée, de passionnés, de collectivités et d’associations gestionnaires de châteaux et de jardins médiévaux.

« Notre production est rustique et biologique. Les plantes sont cultivées sous serres non chauffées sans apport d’engrais chimiques. Dans les prochains mois, je vais rendre plus attractif le site internet en l’actualisant plus régulièrement. Il faut répondre aux attentes de la clientèle »

Précise Laurent Bourgeois qui loue, à l’année, deux noms de domaines faciles à mémoriser pour sa clientèle. Il travaille aussi à l’écriture d’un ouvrage aux éditions Rustica, « Le Grand Livres des plantes aromatiques » qui paraitra en 2007.
 



Retrouvez l'ensemble des plantes cités dans l’article ici :

Les hysopes :

Hyssopus officinalis : Hysope, c’est un sous-arbrisseau au port dense et touffu. L’hysope s’orne en été, d’une très belle floraison bleue, en épis.
Hyssopus officinalis « Albus » : Hysope à fleur blanche, ses feuilles sont comestibles, Belle floraison en épis blancs. Les utilisations culinaires et médicinales de l'hysope blanche sont identiques à l'hysope officinale.
Hyssopus officinalis « Aristatus » : Hysope aristatus, petit arbrisseau à feuillage parfumé pour rocailles et autres emplacements ensoleillés. C'est une plante assez compacte et au développement moins important que les autres hysopes.
Hyssopus officinalis « Roseus » : Hysope à fleurs roses, belle floraison en épis roses.
Hyssopus officinalis var. decumbens : Hysope rampante, c'est une belle hysope vigoureuse au port rampant.
Hyssopus seravschanicus : Hysope de seravchanicus, très belle hysope aux fleurs violettes en été. Son port est plus étalé et moins uniforme que les autres hysopes.

Ruta graveolens : Rue de chèvre, très populaire au Moyen Age où elle était omniprésente en cuisine et dans la pharmacopée, cet arbrisseau vivace possède un très beau feuillage persistant, légèrement bleuté.

 
Les marrubes :

Marrubium supinum : Marrube supinum, jolies feuilles persistantes duveteuses, arrondies, gris argenté. Fleurs lilas en verticilles denses.
Marrubium vulgare : Marrube blanc, cette plante vivace développe des feuilles épaisses, ridées, molles et pubescentes. Toute la plante dégage un parfum assez particulier et possède un goût amer.
 

Nepeta cataria : Cataire, elle est surtout plantée dans les jardins pour son intérêt décoratif, et pour préparer des infusions mais elle fût employée jadis pour parfumer le vin ou aromatiser les salades.