Consoude officinale Bio

Symphytum officinalis

La consoude officinale est une robuste plante vivace herbacée, à grandes feuilles lancéolées et rugueuses. Elle pousse rapidement jusqu’à 1,60 m de haut. Au printemps, apparaissent de belles fleurs violettes. Les feuilles s’utilisent en beignets ou cuites à l’eau comme des épinards. La consoude officinale est très populaire en jardinage biologique, on fait un excellent engrais avec ses feuilles.

Conditionnement
4,60 €
TTC
Quantité
Rupture de stock

-->
  • Garanties sécurité Garanties sécurité
  • Expédition rapide
Du lundi au mercredi (en savoir +) Expédition rapide Du lundi au mercredi (en savoir +)

Caractéristiques botaniques de la consoude officinale :

Autres noms :

Grande consoude, langue de vache, oreille d'âne...

Famille :

Boraginaceae.

Caractéristiques culturales pour la consoude officinale :

 Terrain : pH : indifférent - Sol : Riche, profond et frais.

 Exposition : Soleil à mi-ombre.

 Rusticité / Climat : Zone : 5 (- 28 C - 23 C)

 Feuillage : Caduc.

 Taille : 1,20 m x 0,80 m

 Comestible : Oui.

 Floraison ornementale : Oui.

Violacée au printemps.

Cultiver la consoude officinale :

La consoude officinale se plante en terrain profond, frais et fertile, mais en raison d'un système racinaire pivotant et puissant elle résiste bien au sec. L'exposition mi-ombragée est idéale pour la consoude. C’est une plante très rustique résistant aux grands froids.

La consoude officinale reste une plante très facile à cultiver, robuste et rustique, parfois même envahissante. Du fait de sa résistance au froid, elle peut être plantée tôt au printemps, dès le mois de mars, à intervalle de 60 cm. Dans les terrains secs ou pauvres, il est préférable de planter en automne, de septembre à novembre. Il est conseillé à la plantation, de réaliser un apport de matières organiques sous forme de compost, de fumier ou de terreau et d’effectuer quelques arrosages, surtout la première année de la plantation.

Taillez régulièrement la consoude officinale pour favoriser la repousse du feuillage.

La consoude officinale en cuisine :

Les feuilles de consoude officinale, riches en vitamines A, C et B12, se consomment en beignets ou cuites comme des épinards. La poudre de consoude, confectionnée avec des feuilles séchées et mixées, peut s’incorporer à la farine pour préparer des gâteaux ou des biscuits énergétiques.

Parce qu'elle nourrissait les bêtes, c'était "l'herbe aux canards" ou "l'herbe aux cochons". Mais les feuilles de consoude ne régalent pas que les papilles des animaux de la basse-cour. Pour ses nombreuses feuilles, on la surnommait "oreille d'âne" et "langue de vache". Également "sole végétale", en référence à son goût de poisson. On lui attribuait décidément beaucoup de comparatifs animaliers.

Autres utilisations de la consoude :

Comme l’ortie, la consoude reste une plante emblématique du jardinage naturel. Plantez des consoudes dans votre jardin, vous disposerez d’un bon engrais riche en potasse et bon marché.

Les utilisations au jardin des consoudes sont nombreuses, de part leur seules présence au jardin, elles sont profitables aux plantes voisines, car grâce à ses puissantes racines, la consoude fait remonter les éléments minéraux du sol qui ont tendance à être lessivés par les pluies. Ces feuilles peuvent être utilisées en paillage autour des pieds de tomates, pour confectionner du purin, ou venir enrichir votre compost, dont elles contribueront à activer la dégradation.

Ses propriétés médicinales :

La consoude doit son nom au latin consolidare qui signifie “ consolider ”, du fait de son emploi traditionnel pour soigner les blessures et ressouder les fractures.

En médecine, on utilise aussi les racines pour soigner les problèmes digestifs, mais avec précaution et jamais sans avis médical.

En savoir plus sur la consoude :

UNE VIDÉO SUR LA CONSOUDE

Une autre vidéo ci-dessous sur la diversité des consoudes :

Laurent parle de la consoude

Les autres consoudes

Recette du purin de consoude

Les feuilles de consoude sont mises à macérer dans un récipient jusqu’à fermentation à raison d'un kilo de feuilles pour 10 litres d'eau de pluie ou de source.

La réussite d’un purin ou extrait fermenté est conditionnée par certaines règles :

- Se servir d’un contenant en plastique.

- Récolter les plantes dans des lieux non pollués (abords de routes ou de champs traités…).

- Hacher les feuilles de consoude sommairement avant de les immerger.

- Brasser quotidiennement le mélange.

- Lorsque de petites bulles remontent du fond du récipient, en général au bout de 15 jours à 3 semaines, c’est le signe que la fermentation commence, quand il n’y a plus de bulles, il est temps de filtrer méticuleusement.

- Le purin doit être dilué avant utilisation, un litre de purin pour 9 litre d'eau.

- Il est préférable d’utiliser les extraits fermentés rapidement, mais la conservation reste possible si la préparation est bien filtrée et stockée dans un récipient opaque, bien fermé, conservé à la cave.

- Pour limiter les mauvaises odeurs, on peut ajouter au moment de la fermentation 2 ou 3 branches de sauge ou quelques grammes de poudre de roche.

- Mettez les feuilles de consoude fraîches dans un sac de jute, l’extraction des plantes sera plus aisée, mais filtrez quand même votre préparation.

- Pulvériser votre purin, plutôt que de l’utiliser en arrosage et plutôt le soir sur des plantes préalablement arrosées.

- l’incorporation à la préparation d’un mouillant (1/2 cuillère à café de liquide vaisselle pour 10 litres) permet une meilleure imprégnation.

La consoude est riche en potassium, en calcium et en oligo-éléments, ce qui favorise le développement des fleurs et des fruits.

En savoir plus sur la consoude :

« Les fleurs du mal » nous enseigne que c'est de la boue que le poète extrait le beau. Les fleurs de la consoude, quant à elles, blanches, roses, crèmes, rouges, bleues intenses ou violettes, sont aussi belles que ses feuilles vertueuses. Loin de la vanité d'un joli bouquet, cette plante nous offre une leçon d'humilité. Si Baudelaire sait voir le sublime dans une charogne et nous rappelle que même la plus charmante apparence est éphémère, la consoude peut se nourrir de sa propre décomposition, s'élève, soigne et revient à la terre.

Entre spleen et idéal, mort et floraison, c'est un symbole du cycle éternel, du parfait équilibre.

Symphytum officinalis

Fiche technique

Hauteur à l'état adulte
1,20 m
Largeur à l'état adulte
0,80 m
Comestible
Oui
Partie comestible
Feuillage
Feuillage
Caduc
Rusticité
Résiste jusqu'à -24°C
Exposition
Soleil à mi-ombre
Floraison
Violacée au printemps
Violacée au printemps
Plantation
Mars - Avril - Mai - Juin - Septembre - Octobre
Mars - Avril - Mai - Juin - Septembre - Octobre
Cycle végétatif
Vivace
Utilisation de la plante
Engrais bio, beignets...
Engrais bio, beignets...
Plante médicinale
Oui
Genre
Symphytum
Symphytum
Plante mellifère
oui
Terrain
Riche et frais
Conditionnement
Godet 9 cm

Références spécifiques

EAN13
3
Aucun avis n'a été publié pour le moment.